Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La collection aux mille couleurs Anémone signée Olivia d’Aboville

Si on devait choisir un mot pour résumer la collection de luminaires créée par Olivia d’Aboville ça serait « excentrique ». Il est vrai que les lampes en polystyrène illuminées par des lumières en couleurs de l’arc-en-ciel sont de vrais accessoires qui conviennent pour n’importe quel endroit de la maison.

Le designer Olivia d’Aboville signe cette collection pour le compte de la RUSH compagny.

Le travail de cette jeune créatrice d’origine franco-philippine réussit à marier l’esthétique et idéologie philosophique. Elle est une fière représentante de cette nouvelle éco génération qui puise son inspiration des paysages naturels environnants. Diplômée de la très prestigieuse école Duperré – Paris, son leitmotif consiste à détourner des objets de leur usage initial et à les transformer en beauté.

Concrètement dans la collection Anémone, bien plus qu’une illumination venue de la beauté sous-marine, ces lampes sont composées de milliers de touilleurs plastiques ramassés un peu partout dans les établissements de nuit à Manille. Un manifeste écologique donc et une sensibilisation de la population face aux problèmes grandissants de pollution des rives de coraux voisins.

La lampe à l’effigie de cette fleur marine se compose de plusieurs centaines de bâtonnets soudés de façon à rappeler la forme de l’anémone. Grâce à la technologie LEDng>, il n’y a pas de risque à le luminaire fonde.

Prendre un objet initialement prévu pour la poubelle et le transformer en un œuvre d’art, c’est là, tout le trait de génie d’Olivia d’Aboville.

Posée dans un recoin du séjour, dans le couloir ou pourquoi pas en tant que veilleuse dans une chambre, cette lampe au design unique >embellira votre intérieur de mille couleurs.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
christophe grimaud


Voir le profil de christophe grimaud sur le portail Overblog

Commenter cet article